Symbole de l’été, des vacances et des repas partagés entre amis, le poivron arbore ses couleurs vives sur les étals des marchés de juin à octobre. Peu calorique et riche en vitamines, il est de toutes les recettes gorgées de soleil…  Découvrez dans notre article les bienfaits du poivron et des astuces pour bien le cuisiner.

Général

Fruit ou épice ?

Si nous le consommons le plus souvent comme un légume, le poivron est un fruit haut en couleur. Selon son degré de maturité, il sera vert, orange puis rouge. Il existe également des variétés aux couleurs inhabituelles allant du crème au brun, en passant par le jaune et le pourpre.

Découvert au XVème siècle durant les expéditions de Christophe Colomb, le poivron est originaire d’Amérique du Sud, aux confins de la Bolivie et du Brésil. Des traces de sa culture et de sa consommation ont été retrouvées au Mexique jusqu’à il y a plus de 7 000 ans ! Introduit en Espagne puis au Portugal, il est aujourd’hui cultivé sur tout le pourtour méditerranéen (France, Grèce, Liban, Italie, Maroc…).

Le terme « poivron » vient du mot poivre, ses graines ayant d’abord été prises pour du poivre rouge. Et pour cause : le poivron est une forme de piment qui contient la même molécule piquante que le poivre, la capsaïcine. En France, nous avons conservé le terme de poivron pour le différencier de son bouillonnant cousin, mais on le nomme piment doux à l’étranger (sweet pepper), par opposition aux piments à la saveur piquante (chilli pepper). Plus le piment sera petit et de forme allongée, plus il contiendra de capsaïcine et sa saveur sera piquante et poivrée. Il sera alors considéré comme une épice et non plus comme un fruit, et entrera dans la composition de sauces particulièrement relevées (chili, sambal, Tabasco…).

Au jardin

Le poivron appartient à la famille des solanacées, comme la tomate, l’aubergine ou encore la pomme de terre. Il se sème sous serre de février à avril puis se plante au jardin en mai-juin, dans un endroit chaud et à l’abri du vent, une fois que les températures nocturnes dépassent 10-12 °C. La plantation en pot lui convient également très bien ; vous pourrez ainsi le rentrer au chaud lorsque les nuits sont fraîches. Choisissez une terre riche, paillez au pied et arrosez souvent. Vous récolterez ainsi de beaux fruits d’août aux gelées.

En cuisine

Le poivron est l’allié des recettes ensoleillées de la Méditerranée. Souvent marié aux aubergines, aux courgettes et aux tomates dans une ratatouille ou des lasagnes végétariennes, il s’associe également très bien avec tout type de fromages : feta ou mozzarella dans un crumble croustillant, ricotta pour des poivrons farcis au quinoa, riz et petits légumes. On l’apprécie aussi avec des brochettes de viande ou de poisson, à la provençale ou à l’aigre-douce pour des saveurs plus exotiques.

Mais c’est sans doute la cuisine basque qui lui convient le mieux : délicieux en tartinade avec des olives et quelques dés d’ossau-iraty à l’heure des tapas, il est à l’honneur dans la recette du poulet basquaise et incontournable dans la fameuse piperade qui le mêle aux œufs, au jambon de Bayonne et au piment d’Espelette… A table !

Conseils de conservation

A l’achat

Quelle que soit sa couleur, le poivron doit être lisse, sa peau tendue et brillante, sans taches ni meurtrissures. Sa couleur uniforme est déterminée soit par son degré de maturité, soit par sa variété. Le vert est croquant, fruité, avec un brin d’amertume ; le rouge est doux, très fruité et sucré, et doit être consommé rapidement. Enfin le jaune et l’orange sont tendres, doux et juteux : parfaits pour colorer vos plats.

Conservation

Si vous consommez vos poivrons dans les 3 ou 4 jours suivant l’achat, mieux vaut les laisser à température ambiante, ils n’en seront que meilleurs. Sinon, ils se conservent 10 jours dans un bac à légumes traditionnel et jusqu’à 30 jours dans le compartiment BioFresh de Liebherr.

Les poivrons se conservent également très bien au congélateur. Lavés et coupés en lanières, vous pourrez les conserver 6 mois, et jusqu’à 12 mois si vous les blanchissez quelques minutes avant de les congeler.

Trucs et astuces

Le poivron est plus digeste sans la peau. Pour l’éliminer, plusieurs solutions sont possibles : l’éplucher à l’aide d’un économe (attention à vos doigts !) ou le plonger quelques minutes dans de l’eau bouillante avant de le peler. Si vous appréciez la saveur grillée, appliquez la méthode suivante (photos ci-dessous) :

  • Coupez vos poivrons en deux, ôtez les pépins et les membranes blanches puis entaillez les parties bombées de façon à ce qu’ils soient le plus plat possible.
  • Disposez-les sur une plaque recouverte de papier cuisson, côté peau dessus, et glissez-les dans un four bien chaud (240 °C) pendant 12mn : la peau va alors se boursoufler et noircir.
  • Enfermez sans serrer les poivrons encore chauds dans une feuille d’aluminium pendant 15 à 20 mn. La vapeur va alors décoller la peau des poivrons et vous pourrez ensuite l’enlever très facilement. Idéal si vous prévoyez de réaliser un coulis, un gaspacho ou des poivrons marinés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien être et santé

En moyenne, le poivron affiche entre 19 et 28 calories au compteur. Selon son degré de maturité et sa couleur, sa teneur en sucre peut varier mais sa composition nutritionnelle restera sensiblement la même. Avec 126 mg aux 100 g, c’est le légume le plus riche en vitamine C : il faut à peine 70 g de poivron cru pour couvrir 100% de nos AJR* en vitamine C ! Il participe ainsi au bon fonctionnement de notre coeur, limite les troubles circulatoires et renforce notre système immunitaire.

Riche en provitamine A (le fameux bêta-carotène qui nous donne bonne mine) et en lycopène, surtout dans sa variante rouge, le poivron est également bien pourvu en vitamines du groupe B et en vitamine E antioxydante. Sa richesse en oligo-éléments (fer, cuivre, zinc) en magnésium et en fibres font de ce légume une véritable source de santé pour notre corps.

Et pour la petite histoire, le poivron a donné de sa personne pour la science : c’est le premier organisme vivant à avoir servi de cobaye pour le développement des techniques d’imagerie par résonance magnétique (IRM). Merci à lui et à sa contribution pour notre santé 😉

* Apports Journaliers Recommandés

 

Et vous, comment cuisinez-vous le poivron ? Rejoignez-nous sur Facebook ou laissez-nous vos commentaires sous cet article !

 

// Imprimer