Le whisky est considéré comme l’un des spiritueux les plus consommés dans le monde. Qu’il provienne des pays d’origine traditionnels comme l’Écosse, les États-Unis, l’Irlande et le Canada ou qu’il vienne des autres producteurs importants qui sont le Japon, l’Inde, l’Australie ou la Suède, le processus comprend toujours de l’alcool distillé à partir de mash (mélange d’eau et de céréales) fermenté puis vieilli dans des fûts en bois. Les styles et les qualités sont ainsi multiples en raison des différents produits utilisés au départ mais aussi de leur traitement, de la distillation et des conditions de maturation. 

Le whisky écossais

L’Écosse est toujours le leader incontesté dans le monde du whisky. Les fameux whiskies single malt ouvrent la voie. Ils proviennent toujours d’une seule distillerie, et sont constitués uniquement d’orge maltée. Une fois produit, le whisky est distillé deux fois dans des alambics (pot still) traditionnels. Un arôme distinct de tourbe fumée est souvent typique des whiskies single malt car, dans ce cas, l’orge est généralement séchée sur des feux de tourbe après la germination. Contrairement au whisky de malt, dans le cas du whisky de grain, l’ajout d’autres grains au malt d’orge est autorisé, de même que l’utilisation de pot stills à distillation unique en continu. Les grandes marques écossaises de renommée mondiale proposent généralement du blended scotch whisky, qui est un mélange de whiskies de malt et de grain.

Le whisky irlandais

Les Irlandais produisent également leur whisky (remarque : en Irlande et aux États-Unis, l’orthographe whiskey est beaucoup plus courante que whisky) sous forme de whisky de malt ou de grain. Ils peuvent être aussi produits à partir de blend, qui est un mélange des deux. Toutefois, en Irlande, l’utilisation de la tourbe pour le séchage de l’orge germée est relativement inhabituelle. Le whisky est également distillé trois fois. C’est pourquoi les whiskies irlandais ont généralement un goût plus doux que ceux de l’Écosse voisine.

Le whisky américain

Le whisky américain le plus connu est le bourbon. Contrairement à l’Europe, c’est le maïs et non l’orge qui constitue généralement la base de ce whisky. Pour le bourbon, au moins 51 % du mash doit être constitué de maïs. Ce produit de base et le stockage en fûts de chêne américain, dont l’intérieur a été légèrement grillé au feu. Ce qui donne au bourbon son arôme vanillé typique et légèrement sucré. Le whisky du Tennessee est un type particulier de bourbon qui est filtré à travers une épaisse couche de charbon de bois.

Toutefois, si au moins 51 % du mélange de céréales est constitué de seigle, on parle alors d’American rye whiskey. Contrairement au bourbon, le rye whiskey a un goût plus épicé et plus sec.

Le whisky canadien

Le whisky canadien est aussi traditionnellement produit en partie à partir de seigle. Toutefois, bien qu’aujourd’hui la proportion de seigle ne soit que relativement faible, de nombreux whiskies canadiens sont encore appelés Canadian rye whisky. Le whisky canadien se compose généralement de blends légèrement plus légers et vifs que les bourbons intenses des États-Unis.

Le whisky japonais

Vous serez peut-être surpris d’apprendre que le Japon figure parmi les principaux pays producteurs de whisky. Yamazaki est la plus ancienne distillerie en activité : elle a été fondée en 1923 près de Kyoto. 91 années plus tard, elle est enfin arrivée à prendre sa place parmi l’élite mondiale. En 2014, un expert britannique de renommée internationale a décerné pour la première fois la distinction du Meilleur whisky du monde au Japon. Le Murray’s Whisky Bible  a attribué les plus hautes notes mondiales au Yamazaki Single Malt Sherry Cask 2013, lui permettant ainsi de devancer les célèbres whiskies traditionnels des États-Unis et d’Écosse.

N’oubliez pas de l’abus d’alcool est dangereux pour la santé.

Connaissiez-vous ces différents whisky ? Si vous avez des questions ou des commentaires sur cet article, écrivez-nous ou rejoignez notre page Facebook.

// Imprimer