Assurément, le rosé est à la mode, et plus particulièrement dès que l’été montre le bout de son nez. Sa belle robe rose et sa fraîcheur se marient très bien avec la chaleur estivale pour nous offrir des moments de convivialité en toute simplicité. Mais comment ce vin est-il produit ?

 

Briser le mythe

A cette époque de l’année, le rosé est partout : dans les restaurants, aux terrasses des bistrots, sur votre table lors des soirées d’été… Une fois encore, le rose est la couleur de l’été ! Et il est facile de comprendre pourquoi : léger et rafraîchissant, le vin rosé est une alternative conviviale au vin rouge.

L’hypothèse commune veut que le rosé soit un mélange issu du pressage de raisins blancs et noirs, mais les choses ne sont pas aussi simples si le viticulteur veut obtenir le label de rosé. En réalité, tout comme le vin rouge, le rosé est obtenu uniquement à partir de raisins noirs… Mais alors, où est donc passé la couleur ?!

La réponse est simple : c’est dans la peau du raisin que sont contenus les pigments qui vont colorer le vin. Les raisins noirs donnent un jus quasiment incolore qui va se teinter au contact de la peau des fruits lors du processus de fermentation. Pour obtenir du vin blanc, on ne fera donc fermenter que le jus des fruits, sans leurs peaux.

Pour le rosé, c’est le viticulteur qui va totalement contrôler la couleur du vin, en stoppant ce processus de coloration quelques heures après la mise en fermentation, alors que les peaux n’auront libéré qu’un peu de leurs pigments. Une fois que le jus a pris une nuance légèrement rouge, il va être pressé puis transféré dans une nouvelle cuve, où il va continuer à fermenter sans la peau des raisins. Au sens strict du terme, les rosés sont donc des vins rouges qui n’ont été que très peu en contact avec la peau des fruits.

 

Le rosé : un mélange de vin blanc et de vin rouge ?

Oui, c’est possible ! On peut ajouter un peu de vin rouge dans une cuve de vin blanc pour lui donner une couleur rosée, mais les vins rosés obtenus par cette technique ne peuvent pas mentionner le terme de « rosé » sur leur étiquette. Seule exception à cette règle : le champagne rosé, auquel la mention « rosé » peut s’appliquer même s’il s’agit d’un mélange de vin blanc et de vin rouge. De nombreux champagnes sont produits exclusivement avec du Chardonnay auquel on a ajouté un peu de vin rouge pour colorer le vin et arrondir le goût. Quelques producteurs haut-de-gamme préfèrent néanmoins obtenir leur champagne rosé uniquement par contact avec la peau des raisins plutôt que par mélange.

 

Cet article vous a plu ? Des questions sur le rosé ? Laissez-nous un commentaire ci-dessous ou rejoignez-nous sur notre page Facebook !

 

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

// Imprimer