Kiwicha, grain inca, blé inca, riz orache ou millet des Andes : tous ces noms désignent les graines de quinoa. Aujourd’hui, il existe un véritable engouement pour le quinoa. Que ce soit dans les hamburgers végétariens, dans les bars à salades ou dans le lait végétal, la plante sud-américaine a conquis nos assiettes. Vous découvrirez dans cet article les raisons de cet engouement et si le quinoa a bien mérité sa réputation de superaliment.

Le quinoa compte plus de 100 variétés et appartient à la famille des Chenopodiaceae (chénopodes). On pense souvent à tort que le quinoa est une céréale alors que, botaniquement parlant, il appartient en fait à la famille des légumes. Le quinoa est donc classé comme une pseudo-céréale. Le nom de pseudo-céréale ne sert qu’à préciser que ces types de plantes ne sont pas une variété d’herbes. En effet, le blé, le seigle, l’orge, l’avoine, le maïs, le millet et le riz appartiennent à la famille des graminées et sont collectivement appelés céréales.

Une culture chargée d’histoire

Le quinoa est originaire d’Amérique du Sud. Les peuples indigènes des Andes le cultivent depuis environ 5 000 ans. Et c’est précisément ce qui rend cette plante si spéciale, car elle pousse dans les régions de haute montagne des Andes à une altitude de 4 200 mètres. C’est donc toujours un aliment de base important dans les pays de la côte ouest de l’Amérique du Sud, du Mexique au Chili. Le maïs est habituellement une importante source de nourriture mais il n’est pas possible de le cultiver à de telles altitudes. Dans les pays où le quinoa est cultivé, ce ne sont pas seulement les graines mais aussi les feuilles de la plante qui sont consommées. De nos jours, la culture de cette plante connaît un succès croissant en Europe.

Le quinoa est-il un superaliment ?

Le quinoa est de plus en plus populaire et fait actuellement fureur. On dit souvent que c’est un superaliment. Il est indéniable que les graines ont une excellente teneur en protéines avec une valence biologique très élevée de 83. La valence biologique indique l’efficacité avec laquelle une protéine alimentaire peut être convertie en une protéine endogène. Comme point de référence, un œuf de poule a une valeur de 100. Le quinoa a également un avantage par rapport aux types courants de céréales. Par exemple, sa teneur en minéraux comme le calcium, le fer, le zinc, le potassium et le phosphore est bien supérieure à celle du blé. Même la graisse contenue dans le quinoa peut être considérée comme très positive, car plus de 50 pour cent d’entre elle contient des acides gras polyinsaturés. La pseudo-céréale est également totalement exempte de gluten, ce qui en fait une alternative viable pour les personnes souffrant d’une intolérance au gluten.

Quinoa, amarante, couscous ou boulgour ?

L’amarante appartient également au groupe des pseudo-céréales et est souvent confondue avec le quinoa. En fait, les similitudes sont nombreuses entre les deux plantes. Néanmoins, ils existent quelques différences, même si elles sont mineures : l’amarante a des graines encore plus petites que le quinoa et les pétales de leurs fleurs sont également différents. Il existe de légères différences comme la teneur en minéraux. D’ailleurs, le quinoa et l’amarante n’ont aucun lien avec le couscous ou le boulgour, bien qu’ils soient cuits de la même façon et ont une structure similaire. Le couscous est constitué de grains de semoule broyés et le boulgour est du blé transformé.

Comment cuisiner le quinoa ?

Si vous avez déjà acheté du quinoa dans le passé, vous avez probablement jeté un coup d’œil aux instructions sur l’emballage qui notifient qu’il faut « Rincer à l’eau courante avant la cuisson ». Cette recommandation de cuisson doit être respectée car elle est due aux saponines contenues dans la peau, qui ont un goût très amer. Les saponines sont l’un des mécanismes de protection de la plante contre les insectes ravageurs, mais elles peuvent également être toxiques pour l’homme en plus grande quantité. C’est pourquoi l’amertume est généralement enlevée du quinoa par un lavage intensif ou le broyage de l’enveloppe extérieure avant qu’elle n’arrive dans les magasins. Néanmoins, des résidus peuvent rester sur les grains après la cuisson, et c’est pourquoi il est nécessaire de les laver avant de les cuire. En raison des saponines, le quinoa n’est pas un aliment approprié pour les enfants ou les nourrissons.

Mettez directement le quinoa dans la casserole après l’avoir rincé. Son temps de cuisson est nettement plus court que celui du riz. Mettez 1 portion de quinoa pour 3 portions d’eau. Après 15 minutes de cuisson, les grains ont un aspect translucide et les graines forment de petits anneaux blancs. Laissez encore le quinoa pendant dix minutes pour qu’il absorbe l’eau et gonfle.

Vous pouvez également obtenir des résultats fantastiques en faisant cuire le quinoa la veille ou en conservant des portions au congélateur. Lors de la conservation au réfrigérateur ou au congélateur, veiller à ce que les graines cuites soient d’abord refroidies le plus rapidement possible.

Le quinoa s’utilise également d’autres façons. Vous pouvez utiliser les graines comme une farine après les avoir moulues dans un moulin à farine à cet effet. Comme le quinoa ne contient pas de gluten, il n’est malheureusement pas possible de préparer des pains et pâtisseries uniquement à partir de quinoa. Il est donc préférable d’utiliser un mélange d’une portion de farine de quinoa pour deux portions de farine de blé ou d’épeautre.

Conserver correctement le quinoa

Comme les autres féculents, le quinoa est d’abord un produit sec. Si les graines sont stockées dans un récipient hermétique dans un endroit frais et sec, elles peuvent se conserver jusqu’à un an et sont donc idéales comme aliment de base pour le garde-manger. Cependant, il faut savoir que la farine de quinoa est beaucoup plus sensible et qu’il est préférable de la conserver au réfrigérateur, où elle se gardera jusqu’à quatre mois. Il est possible de manger cette pseudo-céréale crue sans avoir de raison de s’inquiéter, à condition que les substances amères aient d’abord été rincées de la peau. L’avantage de la transformer d’abord, c’est que votre corps peut alors absorber tous ses nutriments. Par exemple, vous pouvez manger des graines écrasées ou trempées dans du muesli.

Du quinoa dans le lait  

Les boissons végétales sont très à la mode. Si les supermarchés proposent tous désormais des variétés aussi connues que les boissons au soja et au riz, il est aussi de plus en plus fréquent de voir des boissons à base de quinoa dans les rayons. Légalement, les produits végétaux ne peuvent pas se présenter comme du « lait ». Ce nom n’est autorisé que pour les produits d’origine animale. C’est pourquoi vous trouverez des « boissons » à base de soja ou d’amandes et non du « lait » de soja. La production de lait végétal est très simple car les graines ou les céréales sont trempées dans l’eau puis pressées.

Avez-vous déjà goûté une boisson au quinoa ? Avez-vous des recettes à base de quinoa ? Partagez vos recettes et rejoignez notre page Facebook.

// Imprimer